LogoBesoin d'information ?
05-49-54-22-20
FrançaisEnglishDeutschePolskiSlovenščinaSrpskiRomân

[Vidéo] Essai télescopique Claas - J.Hallay : « La gamme Scorpion offre plus de débit et une meilleure visibilité »

[Vidéo] Essai télescopique Claas - J.Hallay : « La gamme Scorpion offre plus de débit et une meilleure visibilité »

Claas vient de dévoiler sa nouvelle gamme de télescopiques Scorpion. Sept modèles dont les performances ont été améliorées. Débit hydraulique, visibilité, confort opérateur... la marque a planché pour augmenter le débit de chantier de ses machines et mieux répondre aux attentes des agriculteurs. Résultat : le prix "Machine de l'année" à l'Agritechnica 2018. Présentation en images de Julien Hallay, chef produit télescopique de la marque avant de tester l'outil en conditions réelles dans un élevage des Pays de Loire.

Cliquer sur l'image pour démarrer la lecture de la vidéo.

C laas a dévoilé sa nouvelle gamme de télescopiques Claas Scorpion à Hanovre (Allemagne) lors du dernier Agrictechnica. Les premières machines débarquent en France alors la rédaction a voulu vérifier si le chariot élu Machine de l'année 2018  dans la catégorie manutention méritait bien son titre. Aux commandes,Anthony Bucher, éleveur à Vern-sur-Anjou dans le Maine-et-Loire. Avant qu'il s'installe aux commandes, Julien Hallay, chef produit télescopique de la marque, vous présente les principaux points forts du dernier-né de sa gamme Scorpion.

La gamme se découpe en deux versions : Trend, le modèle entrée de gamme plutôt destiné aux nouveaux utilisateurs, compte cinq modèles à petit châssis. La seconde version, baptisée VariPower, totalise sept modèles dont cinq équipés d'un petit châssis (635, 732, 736, 741 et 1033) et deux autres engins à grand châssis, les 746 et 756.

160 l/min de débit hydraulique

Pour traduire le nom de la machine en capacité, c'est simple. Le premier chiffre indique la hauteur de levage et les suivants la capacité de charge. Sur le modèle testé, le 741, les performances du télescopique sont donc de 7 m de hauteur de levée avec une charge maximale de 4,1 t. « Côté transmission, c'est du VariPower. La même donc que sur l'ancienne gamme », précise Julien. Et d'ajouter : « Le débit hydraulique augmente et passe à 160 l/min grâce à la pompe Load Sensing. Le gain pour l'agriculteur : débit de chantier et performance de la machine ! »

Les ingénieurs du constructeur ont planché sur la visibilité. « C'est d'ailleurs le gros point fort de cette nouvelle version. Nous avons travaillé la visibilité périphérique, et particulièrement côté moteur. Le capot est plus bas, le point d'attache de la flèche aussi et le pot d'échappement est fixé à l'horizontal. Résultat : l'opérateur voit mieux vers la droite et surtout l'arrière droite de son engin. Un point important lorsqu'il faut manœuvrer dans des bâtiments étroits par exemple ! Sans compter le kit phare composé de 10 feux à Led pour éclairer à 360° autour de l'engin. Confort de travail et sécurité assurés ! », souligne le chef produit.

Moteur Deutz de 136 ch de puissance

Sous le capot, le moteur est un Deutz de 3,6 l de cylindrée développant 136 ch. Il répond évidemment aux exigences de la norme Tier 4 final grâce à la technlogie SCR et un Doc (catalyseur d'oxydation Diesel). « Hormis le 756, dont le moteur est plus puissant et développe 156 ch, pas de Fap (filtre à particules) ! De quoi réduire le coût d'entretien », précise le spécialiste.

La suspension de flèche bénéficie de trois positions. Un mode permanent. Un mode automatique. De 0 à 7 km/h, le système se désactive automatiquement. Pratique pour atteler ou dételer un accessoire ou charger des balles sur un plateau en évitant les à-coups par exemple. Dernière possibilité : pas de suspension. Question direction, le constructeur propose un quatrième mode de conduite en plus des trois classiques (2 ou 4 roues directrices et mode "crabe").

Mode "faux crabe" 

« La nouveauté c'est le mode "faux crabe " ! Il permet de donner de l'angle à l'essieu arrière tout en conservant la direction à l'avant. Cette technique est utile pour les éleveurs qui souhaitent distribuer la nourriture sans rouler dessus par exemple. Ou encore de se sortir de situations difficiles dans des bâtiments exigus », explique le représentant de la marque.

Le modèle à l'essai bénéficie d'une centrale de graissage automatique. Le dispositif envoie la bonne quantité de graisse à intervalle défini. En fait, il suffit de régler l'intervalle qui sépare deux activations et le système gère seul. « Plus besoin de passer du temps le matin avant de démarrer la journée ! En plus des économies de graisse, la durée de vie des organes est préservée et l'agriculteur voit la facture d'entretien diminuer ! », détaille le jeune homme, convaincu par l'utilité du système.